Recherche

LES LIGNES DU MONDE – géographie & littérature(s)

Tag

nature

Elisabeth FILHOL & l’espace naturel

Tu vois, j’essaie de lire des romans, mais souvent c’est dur. Les déferlantes, je me suis arrêté après la scène de la tempête, en gros. Même Balzac des fois, alors je me rabats sur ses romans courts. Ces jours-ci je me suis réconcilié avec le genre avec Parle-leur de batailles de rois et d’éléphants de M. Enard et avec La Centrale d’E. Filhol, donc.

Qu’est-ce qui rompt l’espace naturel ? L’estuaire, la falaise morte, le marais. La falaise comme témoignage d’une ancienne ligne de rivage perdue à l’intérieur des terres. Est-ce que les habitations troglodytes dans la falaise – la trace de ces habitations rompent l’espace naturel? Et la vigne; les canaux, jusqu’aux vestiges du bocage en partie démantelé? Où commence, où finit cet espace? Concrètement, il n’y a plus rien de naturel ici, hors les bancs de sable au milieu du fleuve – et encore. La main de l’homme est partout. Dans ce paysage entièrement façonné, mais qui s’ouvre encore par nature démesurément à l’horizontale, avec si peu de repères verticaux les pylônes dans leur ancrage ne choquent pas, et leur tête plantée à trente-cinq mètres du sol au-dessus des treillis métalliques donne l’échelle.

Elisabeth FILHOL, La Centrale

Publicités

Kenneth WHITE & la localisation de la pensée

Dans ce mot «géopoétique» est contenue l’idée que l’on peut localiser la pensée, relier territoire et pensée, nature et culture. Si notre culture et notre civilisation sont à l’heure actuelle tellement creuses, c’est justement parce que nous avons perdu ces liens. Il s’agit donc d’essayer de lier la pensée plus exigeante au lieu le plus fort, le plus intense matériellement.

Kenneth WHITE in Entretien avec Gilles Farcet, in Le Poète cosmographe

Honoré DE BALZAC & la géographie

Mon ouvrage a sa géographie comme il a sa généalogie et ses familles, ses lieux et ses choses, ses personnes et ses faits; comme il a son armorial, ses nobles et ses bourgeois, ses artisans et ses paysans, ses politiques et ses dandies, son armée, tout son monde enfin!

In Avant-propos

Elles auront appris l’histoire de France dans Le Ragois, la chronologie dans les Tables du citoyen Chantreau, et l’on aura laissé leur jeune imagination se déchaîner sur la géographie;

in Physiologie du mariage

je vis que, sous ce rapport, la Société ressemblait à la Nature. La Société ne fait-elle pas de l’homme, suivant les milieux où son action se déploie, autant d’hommes différents qu’il y a de variétés en zoologie ?

In Avant-propos

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :