Recherche

LES LIGNES DU MONDE – géographie & littérature(s)

Tag

fleuve

Dominique ANÉ et l’espace vécu

Loin de l’océan, tout juste quelques modestes remous dans la retenue d’eau transformée en plage. A l’opposée du pays, du côté de Dijon, avec vue sur quelques vallons caniculaires, on prend le frais dans les églises et les musées. Et je lis derrières les volets tirés cet océan.

 

Je suis né dans la plaine, j’y ai passé de longues années. Quand j’en suis parti, j’aspirais aux reliefs et à la profusion des roches, des végétaux. Puis j’ai vécu au bord de l’océan et me suis rendu compte que j’aimais l’horizontalité, dès lors qu’elle était perturbée par le mouvement des vagues.

Paysage à la fois mouvant et stable, aux emportements comme régulés par la ligne d’horizon. Face à lui, je me sentais arrimé, éprouvant la consistance du sol, et mon propre attachement à celui-ci.

J’évitais de longer les plages à marée basse, qui atténuaient la séparation entre terre et mer, comme la résolution décevante d’une énigme. Ou quand de fortes pluies brouillaient la ligne d’horizon.

J’ai habité ensuite quelque temps dans une ville à l’intérieur du pays. Les voies d’eau qui la traversaient des décennies plus tôt avaient été détournées, en raison des odeurs pestilentielles des canaux en été. De vieilles photos montraient la ville inondée, avec des gens sur des pontons de fortune. À l’époque, j’étais irritable, comme en proie à un manque.

Aujourd’hui, je vis au bord d’un fleuve. Sur l’autre rive, une grue rouillée, des bâtiments à l’abandon, à demi cachés par des arbres. Cette vue m’obsède. Le fleuve isole la rive opposée, en souligne la fixité, l’inutilité des lieux, et passe, dissuadant d’entreprendre quoi que ce soit.

L’avoir sous les yeux m’arrache à moi-même. Les mouvements qui l’agitent sont étrangers aux miens. Je n’ai rien vécu de décisif face à l’eau, pas de rencontre ni de séparation. Comme si elle m’interdisait de tels débordements. Qu’elle aplanissait l’existence. La réduisant à ce seul besoin : la regarder.

Dominique ANÉ, Regarder l’océan

Philippe BECK & le fleuve

Pof, je le mets en gras dans ma liste des livres aimés. En gras ça veut dire un plus, un tournant, un apport dans ma littérature. Cela fait longtemps que je le connais ce livre, que je le frôle, le feuillette sans le lire. Et là il arrive direct de la Bibliothèque départementale :

————–

De : Bibliothèque Municipale de L.
Objet :     Avis de réservation du 08/08/2012
Date :     8 août 2012 17:33:01 HAEC
À :     M. Nathanaël GOBENCEAUX

Langeais le 8 août 2012
Les documents que vous avez réservés sont disponibles à la bibliothèque :
De la Loire / Beck, Philippe. (Livres adultes).
Cote : 841.92 BEC d. Code à barres : 33700000382909. Réservé le 03/08/2012;  valide jusqu’au 29/08/2012.

————–

Cette fois-ci que je l’ai bien en main, je ne le laisse pas s’échapper.

.

Poème liminaire

à Holderlin

Fleuve centaure.

Il effleure comme esprit

qui trace des faits de violence :

route ou voie, et frontière

entre ex-montagnes faites

rives avec terre qui grandit

fermement d’un côté

et terre mobile après le Dur,

de l’autre.

Côtés sont des monts hantiques,

rompus ou laissés.

Sous le ciel-pierre.

F a passé dans la direction de monts liés.

Il a coupé un relief.

Et didactique nature.

Ou N. se voit au mieux

en lui.

F-C maîtrise la science d’Elle?

Avant d’être Ligne de Pinceau

Supérieur,

fleuve s’est cherché autour,

créant prairies humides

et caves pour habitants.

Sous paille de pluie.

Il a créé

Berger Sauvage comme Cyclope.

Et le Cyclope-Hölder.

Eaux ont cherché un cours

avec ardeur et ferveur

Puis arrive la Ligne.

Et des deux côtés, le sec

et ferme, deux fois rive première,

gauche ou droite,

permise par les arbres

comme des ancres.

Forme de rive

cause

mouvement d’Eau.

Puis Ligne reperce les hauteurs longues

et moins reliées,

comme à l’origine.

Berger sauvage et savant

apprend de la Ligne,

de la rive ferme et des arbres

qui la tiennent

Bien.

Lame rythmique apprend

plus qu’étang

et livre un miel supérieur

au lait blanc.

Nappe de graines de pluie

ou pluie de briques,

se pose.

Elle prend l’esprit de la table.

Puis étang a des bras

vers esprit de rythme

et ses cornes d’or –

esprit lyrique ou intempérie.

.

PS : on y trouve aussi

Paysage est suite d’affections. (p.15)

Vent apparent = vent réel + vent relatif. (p.32)

Pavèse-Nerval précise : « La poésie commence lorsqu’un idiot dit de la mer : « On dirait de l’huile » […] »(p.43)

PPS : Quelques jours après je rajoute ce passage, enfin pris le temps de le recopier avant de ramener le livre à la bibliothèque parce que ça ne rigole plus :

————–

Destinataire : M. Nathanaël GOBENCEAUX

L. le 7 septembre 2012

Les documents suivants sont toujours en votre possession :

(Livres adultes).Limonov / Carrère, Emmanuel. Cote : R CAR l. Code barre : 123022723Y.Date de prêt : 22/05/2012.Date de retour : 21/08/2012.(Premier rappel).
(Livres adultes).Intrigue à l’anglaise / Goetz, Adrien. Cote : R GOE i. Code barre : 123009567V.Date de prêt : 31/07/2012.Date de retour : 21/08/2012.(Premier rappel).
(Livres adultes).Angie ou Les douze mesures d’un blues / McNeil, David. Cote : R MCN a. Code barre : 33702003027572.Date de prêt : 07/07/2012.Date de retour : 21/08/2012.(Premier rappel).
(Livres adultes).Le déchiffrement du monde / Brunet, Roger. Cote : 910.01 BRU d. Code barre : 33702002960922.Date de prêt : 07/07/2012.Date de retour : 21/08/2012.(Premier rappel).
(Livres adultes).Saison brune / Squarzoni, Philippe. Cote : BD SQU s. Code barre : 1230238243.Date de prêt : 16/08/2012.Date de retour : 06/09/2012.(Pour mémoire).
(Livres adultes).De la Loire / Beck, Philippe. Cote : 841.92 BEC d. Code barre : 33700000382909.Date de prêt : 11/08/2012.Date de retour : 01/09/2012.(Pour mémoire).
(Documents sonores).We shall overcome / Springsteen, Bruce. Cote : 2.SPR 30. Code barre : 33700004911208.Date de prêt : 16/08/2012.Date de retour : 06/09/2012.(Pour mémoire).
(Documents sonores).Comptines & jeux de doigts / Rémi. Cote : 734 REM. Code barre : 33700004655094.Date de prêt : 11/08/2012.Date de retour : 01/09/2012.(Pour mémoire).

Si ces documents ne sont pas rapportés dans les plus brefs délais, nous serons dans l’obligation d’émettre un avis de recouvrement égal à leur valeur.
Nous vous remercions de votre compréhension.

Le personnel de la bibliothèque

————–

Donc je rajoute cela du Beck

En face, une prairie-Pavèse : « Le lieu mythique n’est pas le lieu individuellement unique, type sanctuaire ou lieux analogues, mais bien celui du nom commun, le pré, la forêt, la grotte, la plage, la clairière qui, dans son indétermination évoque tous les prés, les forêts, et., et les anime tous de son frisson symbolique. » F. collectionne, ou agrège inconsciemment, amythiquement, des lieux communs.

Max ERNST & ‘Le Jardin de la France’

Au château, comme on reçoit des invit’ en tous genres, celle-ci m’interpelle. Carte et non, femme et non, jardin mais pas seulement. De la France l’artiste garde cette boucle de fleuve, son environnement d’un moment. Mais les flèches opposées ? puisque les cours vont vers l’Ouest…

Le Jardin de la France

Max ERNST, ‘Le Jardin de la France‘, 1962

Ludovic JANVIER & le calme des eaux sur la carte

Faisant fonctionner le réseau nouveau, je me retrouve à assister à une pièce de théâtre dans une des plus belles salles de la ville entre 2 cours d’eau. Pièce d’après un texte de Ludovic Janvier, j’admire la puissance.

Quelques temps après, dans une librairie de la même ville je regarde au rayon J et je m’arrête sur ce Des rivières plein la voix. Bonne pioche.

Pour voyager sur le calme des eaux

l’œil et le doigt n’ont qu’à suivre les veines

bleu ciel ouvertes à la surface du pays

leurs noms couchent au long des fleuves

et des rivières on penche le regard

ils coulent dans le sens de la lecture

chanson d’eau qui vous accompagne

au fil des cartes et des contrées

à chaque instant du voyage on se jette

à l’eau douce à l’eau noire à l’eau muette


tous mes regrets je les donne aux rivières

en souvenir de ma vie non vécue


Ludovic JANVIER in Des rivières plein la voix

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :