Lecture du soir. De quelques soirs. Cet ouvrage acheté sans trop savoir si l’offrir ou le garder. Gardé finalement. Lecture intrigante, légère ; mais fausse légèreté qui amène à quelques réflexions qui vont tourner un peu en cherchant le sommeil. Poésie & philosophie. L’un &/est l’autre, sans avoir l’air d’y toucher. Reflexions : lieu – micro-géographie – univers – temps – espace – relativité…

Les pensées sont attachées aux lieux où elles sont pensées.

Je pose mon journal pour ne pas manquer cet instant où le train s’ébranle et la fenêtre se met à coulisser sur le monde.

Assis à l’avant du train, je sais que les passagers à l’arrière vont dans quelques instants ressentir cette secousse. A l’avant du train, j’ai une information qu’ils n’ont pas encore.

Mais qu’est-il arrivé à la vitesse ? Dans le coffre de la voiture, rien n’a bougé. Ce monde existe à l’écart des autres, logé au-dedans à la façon des poupées russes.

Ito NAGA, NGC 224