Lisant les pensées, cherchant un courant d’air, ouvrant les fenêtres de la façade nord, les lier avec celles de la façade sud par un ruban de vent. Il y a les mêmes éléments à disposition, à chacun dans l’imagination ou à chaque paysage de faire ses mélanges adéquats, des mélanges d’éléments primaires pour créer la géographie.

L’imagination est comme le soleil, qui compose le paysage de Rio-de-Janeiro et celui de Naples, celui de Constantinople et celui du lac de Genève avec les mêmes principes constituants : le vert de la végétation, l’air, la terre et les eaux.

(H. de Balzac, Maximes & pensées, 1856)