La ville, finalement, c’est un temps T. Avant c’est une autre ville / après, c’est une autre ville. Mouvement.

… La ville c’est comme Héraclite et son fleuve …

Manguel écoute Borges Ensuite, alors que je le raccompagne chez lui, il parle de villes qui sont elles-mêmes des personnages littéraires : Troie, Carthage, Londres, Berlin. Il aurait pu ajouter Buenos Aires, car il lui a conféré cette sorte d’immortalité livresque.

… puisque de toutes façons, la géographie c’est d’abord de l’imagination …

« Vous savez, disait-il aux visiteurs, j’aime faire semblant que je ne suis pas aveugle et que j’ai des livres le même appétit qu’un homme dont la vue est bonne. je suis avide de nouvelles encyclopédies. j’imagine que je peux suivre le cours des fleuves sur leurs cartes et trouver des choses merveilleuses dans leurs nombreux articles. »

Jorge Luis BORGES, cité dans Chez Borges (A. Manguel)

… Le lieu ce serait les amis …

Manguel écoute Borges Il parlait mélancoliquement de l’argentine, disant que même si on appelle un pays le sien et si on déclare y habiter, on pense à un groupe de quelques amis dont la compagnie définit comme sien ce lieu ou n’importe quel autre.

… Mais moi c’est le contraire : je me souviens des lieux, pas des gens …