Entré dedans cette écriture un peu obligé. Professionnellement. Du coup lire lire lire. Ceux autofictifs, et ceux moins autofictifs. En attendant le dernier, celui sur le Liban, plongée dans Transhumance (des personnages désorientés, qui rosent des vents) et dans les articles sur le site de l’auteur. La géographie y affleure pas mal. Pour décrire La République Bananière des Lettres.

Situation géographique
Enclavée dans le Royaume Editorial, la République Bananière des Lettres (RBL) existe depuis le milieu du XVIIIe siècle. Sa superficie est de 3,2 km², constitués de maisons fixes et de zones mouvantes. Sa densité est de 20 666 habitants au km², avec une forte concentration au fond des Douves et du Mouroir. Son altitude est négative bien qu’elle comporte une colline, en haut de laquelle se trouve le Château, qui héberge le Président, le Parlement, et les citoyens de classe 4 minimum. Sa latitude et sa longitude ne sont pas identifiables, en raison de la nature éphémère de nombre de ses domaines, qui s’évanouissent à chaque venue des géomètres.

Chloé DELAUME, La République bananière des Lettres