Ma pensée à la forme du paysage

Je suis des lieux, je suis une expérience

Nous sommes, sommes de lieux, topologies

Le monde est la somme des projections de nos mondes intérieurs

Les lieux nous sont ce que nous en percevons

Dans l’emboitement désordonné de la ville

Quels espaces agissent sur mon être sensible ?

Je suis là, au monde, parce que le monde m’émeut

écouter le territoire, entrer dans l’incommensurable de l’espace

———-

vracs d’après lectures de Donner lieu au monde : LA POÉTIQUE DE L’HABITER, A. Berque, A. de Biase et P. Bonnin (dir), Editions Donner lieu