Un billet pour presque rien, pour 2 phrases. Pour 2 phrases (et toutes celles autour) lues sur une presqu’île bretonne où le vent, où la pluie. Un billet en attendant celui sur le livre rouge de Lionel-Édouard Martin (promis de puis longtemps longtemps, il risque de se retrouver entre Seigle et Houellebecq, LEM). 2 phrases, une sur le running « j’aime pas la géo » et une sur les photos, et on aurait pu du sur Balzac, parce que le petit lit Eugénie Grandet, dans l’autre blog.

« La géographie, il faut voyager pour l’aimer » (p. 95)

« Les images ne disent rien, elles font dire » (p. 146)

J.-L. Seigle, En vieillissant les hommes pleurent