Depuis un moment, j’ai glissé quelques marque-pages dans cette Leçon de la Sainte-Victoire, de Peter Handke. Je reprends le livre et relève, page 40 :

A Delphes, où l’on supposait jadis le centre du monde, partout, dans l’herbe du stade, voletaient les papillons dans lesquels le poète Christian Wagner a vu «les pensées délivrées des morts sacrés ». Devant la Sainte-Victoire cependant, lorsque, dans l’espace libre entre Aix et le Tholonet, je me trouvai au milieu des couleurs, je pensai : « Le centre du monde n’est-il pas là où a travaillé un grand artiste plutôt qu’en des endroits comme Delphes ?

Peter HANDKE, La Leçon de la Sainte Victoire