J’ai étudié Giono, son Voyage en Italie – « Machiavel, Machiavel » -, un des rares voyages qu’il fît, si je me souviens bien, il y a quelques années. Fouillassant chez mes parents je mets la mains sur ce petit fascicule intitulé Basses Alpes et sur ces deux départs de textes.

Le département des Basses-Alpes est à la fois d’une très grande diversité et d’une unité fort solide. Il est constitué par l’amas compact des montagnes et des collines de haute et moyenne altitude, s’avançant des Alpes vers la vallée du Rhône et vers la mer. Il n’y a pas de plaines proprement dites. Seules, le long des torrents qui l’irriguent et le dévastent, des terres plates portent les vergers et les champs.

Jean GIONO, Basses Alpes, Haute Provence

« 04 », c’est un territoire réel, un département français, les Basses-Alpes. Nous n’allons pas énumérer ses piscines. Nous montrerons simplement sa beauté.

On s’aperçoit d’abord que ces Basses-Alpes n’étaient pas si basses. Elles participent à la fois des gloires de la Provence et de la noblesse des montagnes. Leurs vallées, leurs collines, leurs plateaux ont ce double caractère, mais elles les confondent dans une âme personnelle.

Jean GIONO, « 04 »