Nous arpentâmes le territoire en sifflotant.

La géographie n’est pas souvent présente, il me semble, dans la chanson française. Enfin il faudrait voir, mais à ce que je pense. Peut-être à chercher du côté de Davic McNeil le rapprochement des lieux, l’assimilation de l’Ouest français au FarWest américain. Revenons à Nataf (l’ex-Innocent) qui nous propose un couplet-pensée sur la frontière, et les limites de la frontière (les limites de la limite, donc) :

A nous deux, terres touchées

Villes ouvertes

Vallées repues de vert

Le vent déborde la frontière

Le temps déporte la frontière

La frontière ferme mal

(Viens me le dire, album Clair)

Publicités