• (A. E.) – « Un carrefour c’est un carrefour »

• (B. G.) – « Un carrefour c’est un carrefour »

Carrefour de la Chaussée d’Antin : petite étoile de ville, grise, neutre, bondée, palpitante, point de passage et de jonction, point chaud, d’affrontements ou de fusion, de contradictions

• (L. L.) – « Un carrefour c’est un carrefour »

Bernard HEIDSIECK in Le Carrefour de la chaussée d’Antin

De ce poème sonore, en ouverture, de cette tentative d’épuisement topographique du Carrefour :

CE POEME EST UNE TENTATIVE de topographie sonore d’un point chaud de Paris, d’un carrefour, au centre de la ville, où s’entrecroisent et se mêlent, de façon complémentaire ou contradictoire de nombreuses banques, des compagnies d’assurance, l’Opéra, les Galeries Lafayette, des gares, des cafés, des cinémas, des prostituées, des hôtels de passe, des boutiques, multiples, de fringues, des manifestations politiques ou syndicales dont ce Carrefour est un passage fréquent, des embouteillages, enfin, monstres, chaque jour, de voitures.

Advertisements